Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation

Afficher 

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Métriques

Consultations de la notice

26

Téléchargements de fichiers

0

Analyses

AAR Campus Archives Audiovisuelles de la Recherche (Campus AAR) est une plateforme communautaire destinée à l'analyse, la documentation la mise en valeur, et la publication de corpus audiovisuels numériques archivés sur MédiHal.

Totem de l’ours et inversion de tabous
Assises de l'Anthropologie Française des Mondes Chinois (AAFMC) - 2021

2021-06-18

Description : Basée sur des données issues de notre travail de terrain pendant cinq ans sur l’histoire orale des Oroqen en Mongolie Intérieure, cette intervention prend pour point de départ leur totem de l’ours et les tabous corrélatifs concernant les femmes. Le tabou du féminin porte sur une double limite. La première pose la question du sacré et de sa terreur, tels que les tabous du voir, du toucher ou du nommer, particulièrement celui du sang avec ses rites de purification. C’est le tabou des origines, en l’occurrence le totem de l’ours, dont le nom recueille le tabou et ne doit pas être prononcé. L’ours(e) est une figure « ancestrale » toute-puissante, détentrice du pouvoir de vie et de mort. La seconde limite repose sur les interdits dans l’organisation sociale, les coutumes et conventions régies par l’homme pour la femme. Nous examinons ensuite comment face aux tabous les femmes Oroqen ont réussi une inversion, transformant des tabous en lieux de liberté et de préservation de leur individualité. Le va-et-vient entre l’espace structurel de la société et l’espace liminal du rituel sacré reflète leurs stratégies de remodelage des relations sacré-profane, humain-animal, homme-femme, central-périphérique. Ces mouvements génèrent des décloisonnements et permettent aux femmes l’acquisition d’un pouvoir opérationnel et décisionnel. Ces relations ne sont alors plus d’opposition mais d’interactions et d’intégrations. La vie des chasseurs Oroqen dans la Nature peut inspirer nos contemporains prisonniers de l’Anthropocène pour passer de l’anthropocentrisme à l’écocentrisme.


https://hal.campus-aar.fr/hal-03457423
Contributeur : Inalco Médiathèque Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : mardi 30 novembre 2021 - 15:36:23
Dernière modification le : mercredi 8 juin 2022 - 03:30:53
Archivage à long terme le : : mardi 1 mars 2022 - 19:36:44