Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Nouvelle interface

Afficher 

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Partage selon les Conditions Initiales 4.0 International License

Partager

Métriques

Consultations de la notice

0

Téléchargements de fichiers

0

Analyses

AAR Campus Archives Audiovisuelles de la Recherche (Campus AAR) est une plateforme communautaire destinée à l'analyse, la documentation la mise en valeur, et la publication de corpus audiovisuels numériques archivés sur MédiHal.

Mulian descend aux enfers sauver sa mère (目連救母). Opéra rituel chinois, Province du Hunan (湖南省)
In Musée Kwok On, Jacques Pimpaneau Collection.

1994-11-23

Description : Mulian, dont la mère est condamnée aux enfers pour parjure, part en Inde prier le Bouddha de la sauver. C’est ainsi que fut créé le rite bouddhique de l’Ullambana (盂蘭盆) pour sauver les âmes des enfers. Muni de la lampe donnée par Bouddha, Mulian parcourt les enfers à la recherche de sa mère, mais celle-ci est déjà réincarnée en chien. Quand il la retrouve, il célèbre le rite de l’Ullambana et lui permet ainsi de monter au ciel. Cet opéra d’origine bouddhique fut adapté en Chine dans la religion populaire. Des rites protègent les acteurs qui jouent les démons et chassent les fantômes qui auraient pu profiter du spectacle pour venir parmi les humains. Cet opéra, l’un des plus anciens, est principalement représenté lors des funérailles afin d’obtenir des mérites pour le mort et afin qu’il traverse les différents tribunaux infernaux sans subir de châtiments. (Préfecture de Luxi 瀘溪縣, Hunan 湖南)
------------------------
La région de [Fushi] dans le Hunan a attiré des générations de moines et de fidèles qui venaient pour y voir jouer la pièce "Mulian descend aux enfers pour sauver sa mère" dans un genre d’opéra que l’on appelle Nuoxi ou théâtre d’exorcisme. En effet, elle était jouée à l’occasion des naissances, mariages, enterrements ou maladies afin d’écarter démons et mauvais esprits. Avant et après la représentation, on execute de nombreux rites d’exorcismes, dont certains sont destinés à protéger les acteurs incarnant des démons, et on installe des inscriptions et des papiers de charmes sur la scène. L’orchestre ne comporte que des percussions et un hautbois, la pièce a lieu sous la bénédiction du dieu local des Fossés et des Murailles. Cette pièce était également donnée en théâtre d’ombres dans le Nord-Est. Nous assistons ici à une représentation exceptionnelle à Luxi. L’histoire en est la suivante : Le Dieu des démons, Zhongkui, s’est emparé de l’âme de Dame Liu, coupable d’avoir enfreint son voeu de rester végétarienne et de surcroît, de nier son méfait. Son fils Mulian tente alors de sauver sa mère défunte par tous les moyens. Parviendront-ils à surmonter les châtiments effrayants et les terribles épreuves des démons ? Cette pièce utilise à la fois le comique de situation et les éléments tragiques et comporte des allusions au bouddhisme aussi bien qu’au taoïsme. La représentation des Enfers - haute en couleurs - avait valeur d’enseignement pour les spectateurs religieux ou simples pratiquants tout comme, en Occident, les fresques et bas-reliefs religieux du Moyen-Age..."


https://hal.campus-aar.fr/hal-03861908
Contributeur : Peter Stockinger Connectez-vous pour contacter le contributeur
Soumis le : dimanche 20 novembre 2022 - 16:59:22
Dernière modification le : lundi 21 novembre 2022 - 03:13:24