(Non) transmission et appropriation : ce qui peut passer quand les « langues » ne passent pas ?<br> - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Vidéo Année : 2021

(Non) transmission et appropriation : ce qui peut passer quand les « langues » ne passent pas ?

Afficher 

(1) , (2) , (3) , (4) , (3) , (3) , (3) , (3)
1
2
3
4

Résumé

Nous nous centrons, dans cette contribution, sur l’interprétation de quelques phénomènes de non-transmission, voire de non-appropriation de « langues » familiales, au sens généralement attribué à ce terme par la linguistique. Nous partirons de témoignages, confiés de façon qualitative et parfois informelle par différents membres de familles dans lesquelles circulent des formes d’hétérogénéité linguistique, ainsi que de nos propres expériences et de celles de certains de nos proches. Nous nous interrogeons, à partir de ceux-ci, sur différentes dynamiques à l’œuvre au sein d’espaces familiaux diversifiés, à travers plusieurs aspects, notamment : le projet (ou non) de transmission et / ou d’appropriation, la situation dans la fratrie, le (non) partage au sein du couple, le statut socio-politico-linguistique, le rôle de l’école, les loyautés et injonctions vis-à-vis d’« origines », etc. Le fait de s’intéresser plus particulièrement à l’oralité rend probablement plus fugaces et moins visibles les sources mêmes de transmission / appropriation éventuelles et les mouvements auxquels elles peuvent (ou non) donner lieu. La non appropriation apparente/supposée, liée d’une part à une non transmission explicite et d’autre part à l’absence de de re-production visible (à travers des signes linguistiques) nous amènera à questionner la conception même que nous avons des « langues » et de leur appropriation supposée. Celle-ci n’existe-t-elle que si elle est « manifeste » ? En deçà (ou au-delà ?) des signes linguistiques, les phénoménologues identifient un sens « prélinguistique » (Romano, 2010) relevant prioritairement d’un imaginaire du monde et d’une expérience perceptive (Merleau-Ponty, 1964), précédant sa rationalisation et sa matérialisation langagière. Nous tenterons, à partir de notre interprétation située des témoignages évoqués, de proposer une herméneutique de ce qui semble malgré tout passer dans des situations de « non transmission » : quels aspects renvoyant de près ou de loin à l’oralité seraient, selon les situations, privilégiés, dans des formes d’héritages plus ou moins revendiqués, voire recherchés ?

Dates et versions

hal-03867567 , version 1 (23-11-2022)

Licence

Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification - CC BY 4.0

Identifiants

  • HAL Id : hal-03867567 , version 1

Citer

Véronique Castellotti, Marie Leroy, Shahzaman Haque, Françoise Le Lièvre, Chan-Yuen Liu, et al.. (Non) transmission et appropriation : ce qui peut passer quand les « langues » ne passent pas ?
: Politique linguistique familiale : oralité et transmission. 2021. ⟨hal-03867567⟩
0 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More