Contacts de langues, anglicismes et morphologie néologique : entre innovations et stabilités - Campus AAR Accéder directement au contenu
Vidéo Année : 2023

Contacts de langues, anglicismes et morphologie néologique : entre innovations et stabilités

Afficher 

Résumé

À partir recensement annuel des « mots nouveaux des dictionnaires » réalisé par C. Martinez depuis 1998 (2009), il a été possible de dresser une liste de plus de mille anglicismes entrés dans le Petit Larousse Illustré et/ou le Petit Robert ces 25 dernières années, nous plaçant ainsi dans le champ de la lexicologie (néologie) en micro-diachronie, dans un contexte de contacts de langues (Abouda & Skrovec 2022) (Siouffi & al. 2012). Dès lors, s’est posée la question : En quoi l'analyse linguistique de ce corpus (tertiaire voire quaternaire) permet à la fois d'interroger les phénomènes d'innovation et de stabilité morphologiques des emprunts à l'anglais, et de mettre en lumière certains enjeux de terminologie techno-scientifique ? En nous focalisant sur les verbes et les adjectifs, nous montrerons d’abord dans quelles mesures ce prisme analytique est révélateur d'une double dynamique quant à la morphologie lexicale. Ensuite, nous évoquerons la notion de « calque techno-scientifique » (Di Spaldro et al. 2010) afin de questionner la terminologie récente dans le domaine de l’informatique. D'une part, les verbes (7,8 % des anglicismes relevés) semblent faire preuve d'une remarquable stabilité morphologique. Sur les 81 anglicismes verbaux de notre corpus, tous sont des verbes du premier groupe, créés par dérivation suffixale en - er à partir d'un radical anglais. Il n'y a, pour l'instant, aucun verbe emprunt direct littéral qui ait su s'imposer dans nos dictionnaires d’usage. Et cette stabilité de la néologie est vérifiée : on ne crée presque que des verbes en « er », vraisemblablement car il s'agit de la conjugaison la plus fréquente et stable. Mais dans des usages moins normés, des verbes existent néanmoins sans flexions, insensibles aux conventions grammaticales du français standard. Dont, justement, certains anglicismes emprunts directs littéraux (graphie et prononciation conservées, cf. Candel & Humbley, 2017) récents tels que « dead », « flex » et plus encore « follow / unfo », pour lesquels nous sonderons l'évolution de l'usage sur les réseaux sociaux. Le français n'a cependant pas attendu l'anglais pour innover dans la grammaire du verbe : verbes invariables en « -ave » issus du romani (« poucave », « marave », « dicave » ...) ; verbes qui, sous l'effet du verlan, sont devenus invariables (« téma », « ken », ou encore « pécho ».) D'autre part, les adjectifs montrent au contraire une réelle dynamique d'innovation morphologique. Comme, en français, il n'y a pas de rigidité flexionnelle pour les adjectifs, l'innovation néologique est ici plus libre. Nous appuierons cette hypothèse en mettant en exergue la proportion d'emprunts directs littéraux parmi les adjectifs : 30 sur 70 dans notre corpus, soit près de 43 % (« addict », « arty », « low cost », « vintage » ... dont les indications métalexicographiques indiquent l’invariabilité), quand celle-ci était de 0 % pour les verbes. Ainsi la puissance sémantique des suffixes verbaux semble-t-elle pour l'instant trop forte pour autoriser des verbes emprunts directs littéraux à s'imposer suffisamment dans les usages jusqu'à intégrer un dictionnaire. Mais la liberté octroyée aux adjectifs et les exemples cités le montrent : cette stabilité ne pourrait être qu'éphémère. Enfin, nous montrerons que dans le domaine de la terminologie informatique, les nombreux dérivés créés à partir du préfixe « cyber- » (42 entrées dans la base de données « FranceTerme ») posent certains problèmes d’analyse étymologique, mais que le concept de « calque technoscientifique » développé par J. Di Spaldro et al. pouvait être ici un outil pertinent, remettant en outre en question la notion d’emprunt linguistique.

Dates et versions

hal-04358443 , version 1 (21-12-2023)

Licence

Identifiants

  • HAL Id : hal-04358443 , version 1

Citer

Léopold Julia, Pierre-Jean Vigny, Svetlana Krylosova, Snejana Gadjeva, Unité Tice-Dsirn, et al.. Contacts de langues, anglicismes et morphologie néologique : entre innovations et stabilités : Lexicologie et terminologie en perspective plurilingue - 2èmes Rencontres OTALF (Orientations théoriques et appliquées dans les études de linguistique française synchronique et diachronique). 2023. ⟨hal-04358443⟩
40 Consultations
1 Téléchargements

Partager

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More