La force et les usages des représentations. - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Vidéo Année : 2011

La force et les usages des représentations.

Afficher 

(1) , (2) , (3) , (4) , (5) , (3) , (6) , (7) , ,
1
2
3
4
5
6
7

Résumé

Cette première après-midi du colloque international « Migrations et dynamiques urbaines » s’intéresse aux usages faits des représentations liées aux thèmes de l'« Exotisation » des populations et de la « Folklorisation » des espaces. Le colloque "Migrations et dynamiques urbaines: "exotisation" des populations et "folklorisation" des espaces" est une initiative du Groupe de travail « Migrations et espaces urbains », créé au Centre de Recherches sur le Brésil Contemporain en février 2010, est la deuxième étape de nos réflexions communes. Comme pour le précédent (décembre 2010), ce colloque vise à analyser les points de convergence entre les études migratoires et celles consacrées aux villes. Cette fois-ci, pour poursuivre et approfondir nos réflexions, nous avons décidé de nous focaliser, en premier lieu, sur les phénomènes d’« exotisation » créés en relation avec les flux migratoires et la présence d’immigrés dans l’espace public de nos villes. De plus, pour approfondir la question de l’ancrage urbain des groupes migratoires, nous réfléchissons sur les processus d’investissement des lieux et des quartiers liés à l’immigration et à sa mémoire qui, pour apparaître plus « typiques », sont en quelque sorte « folklorisés ». Par « exotisation » nous n’entendons pas ici des processus de simple différenciation, mais plutôt de production d’inégalité, par l’essentialisation et la racialisation des différences. Dans cette perspective, nous souhaitons saisir les enjeux et les transformations de tels processus selon les périodes, les lieux et les flux d’immigration concernés, avec les représentations qui les sous-tendent et leurs conséquences sur les dynamiques urbaines. Nous nous intéressons aussi, dans les espaces urbains marqués par l’immigration, aux enjeux de construction de mémoire. L’ancrage urbain peut être revendiqué par un ou plusieurs groupes migratoires qui investissent ainsi l’histoire des lieux. Cela suscite soit une reconnaissance consensuelle de la part de la société englobante, soit des conflits, avec la mobilisation de divers acteurs sociaux (associations de résidents, de commerçants, pouvoirs publics, promoteurs immobiliers). Pour répondre à ces problématiques, les interventions concernent des lieux, des périodes et des groupes sociaux très variés et les intervenants viennent de plusieurs disciplines. Nous entendons ainsi susciter les débats et les réflexions comparatives. Responsable du colloque : SCHPUN Mônica Raisa - Centre de recherches sur la Brésil contemporain, CRBC-MASCIPO/EHESS. Comité scientifique : Alain Battegay (LAMES/MODYS-CNRS), Nancy L. Green (http://crh.ehess.fr/), Jean Hébrard (CRBC-EHESS), François Laplantine (Lyon II), Mônica Raisa Schpun (CRBC-EHESS), Laurette Wittner (RIVES-ENTPE)

Dates et versions

medihal-01411932 , version 1 (07-12-2016)

Licence

Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification - CC BY 4.0

Identifiants

  • HAL Id : medihal-01411932 , version 1

Citer

Helena Hirata, Felipe Berocan Veiga, Henriette Asseo, Guita Grin Debert, Laura Graziela Gomes, et al.. La force et les usages des représentations. : Colloque "Migrations et dynamiques urbaines".. 2011. ⟨medihal-01411932⟩
38 Consultations
4 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More