Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle : le grand théâtre de la mort - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Vidéo Année : 2012

Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle : le grand théâtre de la mort

Afficher 

(1) , (2) , (3) , (4) , , (5) , (6) , (6) ,
1
2
3
4
5
6
Mark Hengerer
  • Fonction : Intervenant
Alexandra Pioch
  • Fonction : Collaborateur
Elisabeth de Pablo
Théo Charamond
  • Fonction : Technicien audiovisuel

Résumé

Cette table ronde a été organisée à l'occasion de la parution du livre "Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle : le grand théâtre de la mort", sous la direction de Juliusz A. Chrościcki, Mark Hengerer et Gérard Sabatier, Coédition Centre de recherche du château de Versailles/Éditions de la Maison des sciences de l’homme (collection « Aulica »), mai 2012. Réunissant des historiens, historiens de l'art, anthropologues, spécialistes du pouvoir politique et du religieux cette table ronde ouvre le débat autour des rituels funéraires et des funérailles royales dans l’Europe de l’époque moderne. Les funérailles sont envisagées comme stratégies de pouvoir des monarchies, constituant un rituel interne de transmission du pouvoir. Elles sont aussi analysées dans le cadre de leurs relations avec les dynasties et de leurs rapports tant avec leurs opinions publiques qu’avec une opinion européenne en formation. Dans l’Europe princière des temps modernes, les funérailles des souverains et des membres de leur famille donnent lieu à des cérémonies fastueuses dont les historiens n’ont que fort récemment mis en valeur le caractère fondamental. Consacré aux rituels funéraires princiers, cet ouvrage rassemble pour la première fois des études de cas collectés dans toute l’Europe chrétienne du XVIe au XVIIIe siècle, ouvrant ainsi la voie à des comparaisons fructueuses. Depuis le XVIe siècle, les rituels funéraires curiaux se conforment à un schéma en trois temps (l’exposition du corps du défunt, le convoi vers le lieu de sépulture, l’office religieux et la mise au tombeau) pouvant varier en fonction des institutions et traditions propres à chaque pays, de la conjoncture politique et religieuse, des rapports de force internes et de la position occupée dans le jeu politique européen. Au XVIIe siècle, ce schéma est bouleversé : le modèle Renaissance, antiquisant, qui privilégie l’exposition et le convoi, est abandonné au profit de pompes funèbres baroques somptueuses à l’intérieur de l’église, où le catafalque – ou castrum doloris – occupe désormais la place centrale. Cette accentuation de la mise en scène et du caractère spectaculaire est étroitement liée à une véritable curialisation des funérailles, transformant une cérémonie originairement de nature politique et dynastique en fait de société.

Dates et versions

medihal-01411959 , version 1 (07-12-2016)

Licence

Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification - CC BY 4.0

Identifiants

  • HAL Id : medihal-01411959 , version 1

Citer

Gérard Sabatier, Jean-Marie Le Gall, Mark Hengerer, Corinne Le Carrer, Alexandra Pioch, et al.. Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle : le grand théâtre de la mort. 2012. ⟨medihal-01411959⟩
104 Consultations
82 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More