Chargement de la vidéo...

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Lien
Intégrer la vidéo

Métriques

Consultations de la notice

76

Téléchargements de fichiers

42

Analyses

AAR Campus Archives Audiovisuelles de la Recherche (Campus AAR) est une plateforme communautaire destinée à l'analyse, la documentation la mise en valeur, et la publication de corpus audiovisuels numériques archivés sur MédiHal.

La littérature romantique à la lumière des archives de la Congrégation de l'Index.
Treizièmes rencontres d'Aubrac. Dire l'interdit dans les contes, nouvelles, poèmes, chansons, films.

2008-08-22

Description : L’Église catholique, au XIXe siècle, avait mis à l’Index les oeuvres de Balzac, Hugo, Sand, Lamartine, Dumas, Flaubert, etc. On ignorait les procédures et les motifs d’interdiction jusqu’à l’ouverture des archives par le Cardinal Joseph Ratzinger en 1998. Cette communication rendra compte du travail que Jean-Baptiste AMADIEU a pu effectuer dans ces archives inédites. Les censeurs ecclésiastiques travaillaient à la manière de critiques littéraires mais d’une espèce bien singulière….
Intervenant(s) :
Jean-Baptiste AMADIEU - Enseignant, chercheur, ENS-Ecole Nationale Supérieure, Paris, France
Agrégé de lettres modernes, Jean-Baptiste Amadieu a soutenu en 2007 une thèse de doctorat sur les archives inédites de la Congrégation romaine de l'Index ("Index romain et littérature française au XIXe siècle") qui sera publiée en deux volumes au printemps 2009 (Presses Universitaires Paris Sorbonne et CNRS éditions).
Il a enseigné, pendant trois ans, la littérature française, à l'Université de Paris-IV Sorbonne, en qualité d'allocataire-moniteur. Il a ensuite été l'assistant d'Antoine Compagnon au Collège de France. À la rentrée 2008, il sera chercheur à l’École Nationale Supérieure de la rue d’Ulm.
Jean-Baptiste Amadieu a focalisé ses recherches sur les écrivains français du XIXe siècle mis à l’index soit pour un livre soit pour l’ensemble de leur oeuvre (opera omnia). Qu’y trouve-t-on ? Dumas, Sue, Lamartine, Balzac, Lamartine, Zola, Flaubert, Stendhal… L’Index librorum prohibitorum était malheureusement elliptique : nom, titre, date. Mais puisqu’il y avait procès, il y avait instruction, et s’il y avait instruction, il y avait nécessairement dossier. Chacun contenait l’analyse de l’oeuvre, les avis divers, le rapport pour l’audience finale. Il y a neuf ans, celui qui n’était pas Benoît XVI mais encore le cardinal Ratzinger, préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, prit l’initiative d’ouvrir aux chercheurs ces fameux dossiers, plus secrets que ceux de la CIA.
Les censeurs ecclésiastiques font oeuvre de critiques à leur manière. Sauf que la morale et le dogme catholiques servent de référence absolue au jugement. Evidemment, tout ce qui est trop sensuel et antichrétien est écarté d’emblée, mais aussi toute apologie directe ou biaisée du meurtre, du suicide et même du duel. D’où vient alors que les Trois mousquetaires, qui n’est pas banni pour lui-même car il est plutôt bien jugé, se retrouve embarqué dans la proscription des oeuvres de Dumas, alors que Chatterton de Vigny, jugé mauvais, n’est pas interdit ? C’est là qu’intervient une notion extrinsèque, associée à la malice intrinsèque d’un roman : sa dangerosité, laquelle augmente à proportion du talent de son auteur. Plus son style est séduisant, plus l’écrivain a des chances d’être banni.


https://hal.campus-aar.fr/medihal-02016648
Contributeur : Peter Stockinger <>
Soumis le : mardi 12 février 2019 - 18:26:51
Dernière modification le : mardi 20 août 2019 - 17:12:50