Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation

Afficher 

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Partager

Métriques

Consultations de la notice

110

Téléchargements de fichiers

57

Analyses

AAR Campus Archives Audiovisuelles de la Recherche (Campus AAR) est une plateforme communautaire destinée à l'analyse, la documentation la mise en valeur, et la publication de corpus audiovisuels numériques archivés sur MédiHal.

Immigration, genre et projet familial. Discussion à partir du documentaire « Cartas » (« Lettres ») d’Helio Ishii, 2004. Migrations internationales : études de cas et débats historiographiques (diasporas et sociétés d’accueil, XIXe-XXe siècles). Séminaire de Mônica Raisa Schpun (EHESS, Paris 2007 - 2008)

2007-12-17

Description : En 1990, le gouvernement japonais passait un accord avec le Brésil, pour permettre aux descendants japonais de travailler légalement dans le pays de leurs origines. Attirés par de bons niveaux de salaires, des milliers de Japonais-Brésiliens partirent alors au Japon pour travailler dans les usines, les chantiers de construction et tout autre type de travail, rejeté par les japonais. Aujourd'hui, plus de 250.000 brésiliens, résidant au Japon, envoient régulièrement des milliards de dollars à leur famille au Brésil. Les « lettres » racontent l’histoire de quatre femmes brésiliennes, ayant effectué ce « rêve » du départ au Japon, et portant dans leurs valises, de retour au Brésil, des histoires et des sentiments contradictoires pour un pays à la fois familier et étranger. Giselle, la plus jeune d’entre elles, est partie au Japon avec sa famille à l’âge de 11 ans. Elle y a vécu pendant une dizaine d’années, parfaitement intégrée au sein d'une communauté japonaise. Regina a quitté le Brésil à l’âge de 18 ans, et parle de son expérience de travail au Japon, comme un moyen d’aide financière pour sa famille. Marcia a suivi son mari au Japon, animés par le rêve de faire fortune dans le pays du soleil levant . Enfin, Sueli, tout juste diplômée de l'université et incertaine sur sa carrière, a quitté le Brésil pour le Japon à la recherche de nouvelles aventures. Hello Ishii est sociologue. Devenu “videomaker” depuis 12 ans, il a d’abord travaillé avec des groupes de théâtre, danse, musique et cinéma à Sào Paulo. Depuis 2000, il s’intéresse aux nouveaux formats et moyens de diffusion d’images, avec le projet “Narco TaIk Show” (www.narco.com.br) par internet. En 2001, il développe une nouvelle expérience avec le documentaire “Hors de Sync”. Depuis 2003, lI produit des films dont la thématique explore les questions du temps et de l’espace. C’est dans ce registre qu’il a tourné le documentaire “Lettres” (2004), sur l’émigration des brésiliens au Japon et, plus récemment, “Permanence” (novembre 2006), sur les enfants des nippo-brésiliens vivant actuellement au Japon.


https://hal.campus-aar.fr/medihal-01802902
Contributeur : Peter Stockinger <>
Soumis le : mardi 29 mai 2018 - 21:26:51
Dernière modification le : mardi 8 décembre 2020 - 10:01:27